Méthodologie : réussir l’épreuve de résumé de texte

C’est une épreuve que l’on retrouve dans certains concours de catégorie A ou B, avec un coefficient non négligeable.

OBJECTIF : restituer de façon condensée, en un nombre de mots défini, les informations essentielles contenues dans un texte. Il est donc question de retenir l’essentiel, le plus important. Elle ne requiert pas de compétences particulières. Elle a pour but de juger les capacités du candidat à condenser des informations et à les restituer clairement et fidèlement.

Pour y parvenir, voici quelques conseils :

- BIEN LIRE LES INSTRUCTIONS

Avant toute lecture, arrêtez-vous sur les instructions données, car elles fixent les règles de ce qui est demandé et notamment la durée de l’épreuve, le nombre de mots exigé, la façon dont ils sont comptabilisés, le fait de savoir si les citations sont autorisées, si la présence d’un titre est obligatoire…

- UNE LECTURE ATTENTIVE

Cette approche peut se découper en :

1° une lecture globale, afin de saisir la portée & le sens général du texte. Veillez à identifier clairement la thématique et la problématique. Soyez attentif à l’auteur, à la nature du texte, au contexte dans lequel il s’inscrit.

2° une seconde lecture analytique que vous effectuerez paragraphe par paragraphe. Votre objectif est de souligner les mots clés ou les groupes de mots clés, d’encadrer les mots de liaison et de formuler brièvement les idées intéressantes à retenir (servez vous si possible de la marge du texte, pour un repère plus rapide)

- REPERER LES CLES DE COMPREHENSION

Afin de s’assurer d’une bonne et rapide compréhension du texte, recensez les clés de lecture qui mettent en valeur la structure du texte. Il s’agit de la phrase annonçant le plan du texte, les mots d’articulation, les points de départ (d’abord, commençons par…), les oppositions (par contre, mais, toutefois…), les additions (d’une part, d’autre part, par ailleurs…), les illustrations (par exemple, ainsi…), les précisions (en effet, d’ailleurs…), les causes (car, parce que…), les conséquences (donc, si bien que, c’est pourquoi…) et la fin d’un développement (enfin, en bref, en conclusion…)

- NE PAS DONNER SON OPINION

Vous devez adopter un ton neutre, et vos opinions et commentaires ne sont donc pas admis dans ce type d’épreuve.

- GARDER L’ORDRE DU TEXTE

Il s’agit ici de rester en conformité avec le raisonnement de l’auteur, et donc de le suivre. Ne pas remettre en cause une progression chronologique. Il peut toutefois être procéder à des regroupements entre différents paragraphes successifs afin d’éviter un enchaînement de mini-paragraphes qui ne donnerait pas au correcteur une vue globale du texte. Par ailleurs, certaines idées présentes dans différentes parties du texte peuvent être regroupées si la pensée de l’auteur ne s’en trouve pas dénaturée.

- UTILISER SON PROPRE VOCABULAIRE

Le résumé de texte n’est pas un montage de citations. Ne pas reproduire à l’identique des phrases du texte. Reformulez les idées exprimées par l’auteur avec votre propre vocabulaire. Toutefois, une exception à cette règle peut être tolérée lorsqu’il est impossible de rendre correctement une expression par des synonymes.

- RESPECTER LE NOMBRE DE MOTS DEMANDE

Les résumés consistent le plus souvent à resserrer le texte au 1/4 ou 1/5, voire – plus rarement – au 1/10 (certains concours A). La marge tolérée est généralement de + ou – 10%.

Pour un texte de 300 mots : résumé comportera entre 270 et 330 mots. ATTENTION : tout écart est sévèrement sanctionné (la tolérance existe déjà – 10% – et vous sortiriez donc de l’objectif même de l’épreuve !)

IL EST DONC INDISPENSABLE DE SAVOIR COMPTER LES MOTS. QUELQUES REGLES EXISTENT (elles feront l’objet de notre sujet de demain)

  

Laisser un commentaire